Kyra Shaughnessy

Mon Histoire

DSC_0642 earring outKyra est née en chantant – sinon, comment expliquer sa longue liste de réalisations à un si jeune âge ? Elle a joué dans une étonnante variété de lieux — salons, auditoriums, cafés, pubs irlandais, bar-à-bière autrichien, Palais des Congrès de Montréal, etc. — et, à chaque fois, dans chaque lieu, les gens écoutent, ils écoutent, les oreilles grandes ouvertes, ce qu’elle a à dire et sa façon engageante de le dire.

Kyra a donné ses premières performances avec ses propres œuvres « spoken word » avec Vivre Sans Violence (L.O.V.E.), un organisme international qui se consacre à l’autonomisation de la jeunesse à travers les contes et le photojournalisme. Ses performances de « spoken word » pour les Montreal Poetry Slams du CBC. le Festival Blue Métropolis (2003), le documentaire de l’ONF en 2004, XS Stress : Teens Take Control, le Festival Pop Montréal (2005), le Festival Accès Asie (2007), pour n’en nommer que quelques-uns, lui ont gagné une place parmi les dix meilleures artistes de « spoken word » de Montréal en 2006-2007.

En 2007-2008, elle a participé au School for Designing a Society (SDaS), une école pour les compositeurs intéressés à effectuer des changements sociaux à travers l’art, à l’Institut Gesundheit! de Patch Adams en Virginie-Occidentale ainsi qu’à Urbana, Illinois.

Quelque part sur le chemin, Kyra a commencé à jouer de la guitare et du banjo. Elle a réalisé assez rapidement que la musique était un médium plus accessible pour son public multilingue. Elle a produit son premier album, bilingue, en 2010 pour ensuite partir en tournée. Elle a complété plusieurs tournées pancanadiennes, plusieurs fois comme artiste invitée à bord des trains ViaRail. Une retraite sur la composition de chansons sur les Îles d’Aran avec l’auteur-compositeur-interprète accompli Brett Perkins de L.A. en 2011 a affiné et approfondi son art et l’a amenée à livrer des spectacles en Irlande, au Danemark, en Autriche et en Allemagne.

Inspirée par ses voyages, Kyra a lancé son deuxième album, « Waiting for the Light» en 2013. Conçu autour d’une citation de Rabindranath Tagore disant que « la foi, c’est l’oiseau qui ressent la lumière et chante pendant qu’il fait encore noir », l’album nous rappelle notre vrai potentiel humain pour faire des choix qui affectent le changement positif.

À la suite du lancement de l’album, Kyra a été acceptée à la renommée École nationale de la chanson de Granby, au Québec. Elle a passé 10 mois intensifs à approfondir ses connaissances du métier et à peaufiner sa composition de chansons francophones, graduant en juin 2014. L’hiver suivant, un subvention du Conseil des Arts et des Lettres du Québec l’a permis d’entammer un projet de recherche et création avec le réalisateur Dany Placard, en vue de créer un album avant la fin de l’année 2015.

La voix et les compositions de Kyra vous enveloppent et vous transportent. Vous voyagez avec elle à travers des situations et des circonstances familières et vous les voyez différemment — avec clarté et humour. Ses chansons « vous ramènent à un endroit que vous connaissez », vous transportent vers la paix de la montagne, la rivière, la forêt et les champs… Kyra chante et vous revenez à vous-même, au cœur de l’intention de l’amour et de la sagesse calme qui est votre vraie nature. Et puis, cette jeune femme du Québec vous mettra au défi de vivre à partir de cet endroit, pour permettre à votre propre chanson « d’éclater, libérée, à partir de votre cœur » …

Avec des nuances de folk et des chants sacrés, de Joan Baez et d’Ani Di Franco, la musique de Kyra nous émeut aux larmes, nous transporte dans le temps et l’espace vers des réalisations, et nous amène à une version plus profonde et plus vraie de nous-mêmes….

« Par ma voix, j’ai reçu des ailes », disent les paroles d’une des dernières compositions de Kyra. En effet… par sa voix, nous sommes inspirés de … bien … de s’en faire pousser une paire, nous aussi….